Une cession d’activité en mode commando

La plupart de nos projets comportent une dimension collaborative. Certains, plus encore que d’autres.

Début 2018, la cession d’une activité d'un grand groupe énergétique est confié à PwC France. Une coordination de grande ampleur entre métiers du groupe permet de relever le défi. À la clé : un succès commercial et de belles rencontres.

La cession d'une filiale suppose une analyse transversale de tous les enjeux métiers, de façon à répondre aux multiples enjeux de l’opération : financier, informatique, commercial, organisationnel. Sans oublier les risques juridiques, humains et fiscaux. Le challenge nécessite la participation d'experts dans des métiers variés, ainsi que leur bonne coordination. Côté PwC, 12 personnes se sont mobilisées pour faire de ce projet une réussite.

Un planning ambitieux : démarrée en janvier 2018, cette mission devait être bouclée le 13 juillet.

« Nous avions six mois pour mener à bien l'ensemble des opérations permettant à cette filiale de quitter sa maison mère et de s'arrimer à un nouveau groupe. Tout en gérant les inquiétudes des collaborateurs de l'entreprise qui sont transférés »

Alexandre Tete, Manager dans les équipes Strategy& et coordinateur de l'équipe projet

Des résultats concrets, rapidement

Dès le départ des spécialistes des enjeux opérationnels liés aux opérations de fusion et acquisitionsont présents sur les lieux. « Il s'agissait de découvrir le fonctionnement de l'entreprise et des enjeux de séparation éventuels, ajoute Alexandre, afin de définir une vision des scenarios de séparation du coté vendeur, puis de les négocier avec un acheteur  tout en transmettant à l’acquéreur les informations lui permettant de connaître parfaitement la situation. ».

Très vite, il faut aborder les problèmes opérationnels et lancer la recherche des bons profils au sein des différents pôles de PwC. Très vite, une douzaine de consultants travaillent à temps plein à la définition et mise en œuvre du modèle opérationnel cible.

Le bon casting

Parmi ces consultants, Neon Steinecke a été appelé pour s'occuper du cœur de métier de l'entreprise : le gaz, la gestion des risques opérationnels sur les installations industrielles et les moyens de transport maritime. Comme la plupart de ses collègues, cet ingénieur d'origine allemande a été sollicité par l'associé à la tête de son service. 

De son côté, Sylvia Skrzypczyk travaille habituellement chez PwC Société d'Avocats. Elle rejoint l'équipe pour assurer l'analyse des contrats d'achat et de vente de gaz naturel liquide. Cette mission ponctuelle se transforme rapidement en travail à plein temps. Objectif : assurer, avec deux autres collègues juristes, le transfert de contrat entre le repreneur et le vendeur.

« J'étais libre à brève échéance et je possédais les compétences requises. »

Neon Steinecke, Consultant, PwC France
< Back

< Back
[+] Read More

« Le choix de telle ou telle personne se fait en fonction des disponibilités de chacun, de nos expertises respectives, de notre expérience et de notre capacité à travailler chez le client. C'est aussi une reconnaissance par rapport à nos résultats et un accélérateur de parcours professionnel. »

Sylvia Skrzypczyk, Avocate, PwC Société d'Avocats

Une organisation auto-apprenante

Installés les uns à côté des autres dans une « war room », les consultants PwC peuvent être sollicités à tout moment par le client. « Personne ne se connaissait au départ puisque nous travaillions dans des équipes / expertises différentes. Nous avons appris à nous connaître dans l'urgence », indique l'avocate.

« Nous traitions une quinzaine de chantiers en même temps, précise Alexandre Tête. Un consultant travaillait sur l'aspect financier d'un problème, un autre planchait sur le volet opérationnel, un troisième sur les implications juridiques. Les échanges informels étaient indispensables pour permettre à chacun de gagner du temps en bénéficiant d'une vision globale des enjeux sur le projet et sur chacun des chantiers. »

Au-delà du business, la richesse des rencontres

Menée à bien dans les temps impartis, cette mission a créé des liens. Plus habituée aux missions strictement juridiques, Sylvia Skrzypczyk a vécu cette expérience comme une respiration lui permettant « de découvrir les autres métiers des entités PwC et de rencontrer de belles personnes. »

La qualité des relations entre les consultants est un motif de satisfaction pour Alexandre Tête. « C'était l'un de nos plus gros challenges au démarrage, reconnaît-il. Nous devions éviter de travailler en silo. » Deux ou trois personnes se sont révélées être des catalyseurs et ont beaucoup aidé à créer une atmosphère bienveillante et positive. Quelques repas communs ont fait le reste. En définitive, une belle aventure professionnelle mais aussi humaine.

« Nous déjeunons ensemble régulièrement, y compris avec certains de nos interlocuteurs côté client »

Alexandre Tete, analyste financier et coordinateur de l'équipe projet
Suivez-nous !